Gilets jaunes: «La position des médias est intenable»

21 janvier 2019 • Déontologie et qualité, Récent • by

«Les «gilets jaunes» reprochent aux journalistes d’être des marionnettes du pouvoir, selon Alexis Lévrier. Crédit photo: Flikr (Daniel Briot)

Violence physique et verbale des manifestants: la défiance envers les journalistes a pris une nouvelle envergure. Comment sortir de l’impasse? Le point avec Alexis Lévrier, spécialiste de l’histoire des médias, interrogé par Célia Héron, dans Le Temps.

Lundi 14 janvier, la presse française pansait ses plaies, incrédule. «Pourquoi tant de haine» envers les journalistes, se demandaient de nombreux éditorialistes, après que plusieurs représentants des médias ont été violemment agressés lors de la couverture des manifestations des «gilets jaunes» du week-end.

Puis, le lendemain, sont arrivés les chiffres d’audience de Médiamétrie. «Jamais France Inter n’a été aussi écoutée. […] Record absolu à un moment où les médias n’ont jamais été aussi rejetés», lançait sur Twitter Léa Salamé, animatrice star de la matinale de la radio publique.

La violence et la diversité des centaines de commentaires, insultes et appels au boycott qui ont suivi son tweet illustrent à eux seuls un paradoxe: l’audience comme la défiance atteignent des sommets, alors que les journalistes français sont accusés tour à tour de faire le jeu des «gilets jaunes» et celui du pouvoir.

Si le phénomène n’est pas nouveau, il prend en ce début d’année une nouvelle envergure, alors que se profilent les élections européennes et, avec elles, le spectre du populisme. Alexis Lévrier, maître de conférences à l’Université de Reims et spécialiste de l’histoire de la presse et des médias, revient sur l’évolution de la relation entre «gilets jaunes» et organes de presse depuis la création du mouvement.

Alexis Lévrier / Crédit photo: Wikipédia

Le Temps: Comment cette défiance envers les médias a-t-elle évolué depuis le début des manifestations de «gilets jaunes» à l’automne 2018?

Alexis Lévrier: Replaçons les choses dans un contexte historique: de tout temps, le lecteur s’est placé en concurrence avec le journaliste. C’était déjà le cas sous l’Ancien Régime, et cette concurrence est encore plus forte aujourd’hui, car les nouvelles technologies permettent à n’importe quel citoyen de se rêver journaliste en diffusant des images en direct. Sur ce terreau-là, trois facteurs ont contribué à la défiance, voire à la violence physique envers les journalistes.

D’abord, on voit un discours médiatique «alternatif» s’ancrer dans la durée sur les réseaux sociaux, avec des plateformes, des pages Facebook qui appellent à l’action. Ce discours «alternatif» a par ailleurs été renforcé par les propos d’une violence inouïe de certains politiques envers les journalistes: Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, pour ne citer qu’eux, portent une vraie part de responsabilité.

Enfin, ces mobilisations spontanées échappent aux «corps intermédiaires», c’est-à-dire aux syndicats, aux forces de l’ordre, aux «encadrants», qui jusqu’à récemment permettaient un balisage d’un événement, d’un point A à un point B: les manifestations des «gilets jaunes» sont, elles, par nature imprévisibles.

En quoi la couverture médiatique a-telle elle-même évolué au fil des semaines?

Il y a clairement depuis le début une forme de fascination de la part des chaînes d’info. A tout moment, tout peut déraper, et mieux vaut donc être là. La violence envers les journalistes était déjà là lors du tout premier rassemblement: le 24 novembre 2018, il y avait eu des tentatives de lynchage à Toulouse, mais les journalistes en ont très peu rendu compte.

L’évolution, c’est que depuis quelques jours, la presse semble enfin mesurer l’ampleur des violences dont elle est la victime, mais entre-temps ces violences sont devenues un rituel macabre, qui se répète chaque samedi… On est face à un mur: un peu comme lors des émeutes qui avaient embrasé quelques villes de banlieues en 2005, les journalistes sont inévitablement témoins, complices et eux-mêmes victimes de la violence, ce qui rend leur rôle intenable. Leur simple présence participe à la surenchère.

Quelle part des critiques formulées par les «gilets jaunes» envers les médias français est selon vous fondée?

Le vrai reproche qu’on peut faire, c’est que l’on n’a pas assez évoqué les violences policières au début du mouvement. Quand on voit le nombre de personnes blessées, qui ont perdu une main ou se sont fait fracturer la mâchoire, il est clair que le phénomène est trop massif pour être le fruit du hasard. Depuis le début du mois de janvier, on constate qu’il y a une prise de conscience, mais tardive, de la part des journalistes, du fait que leur traitement a pu être déséquilibré. Or cette prise de conscience est cruciale, car les «médias alternatifs» des «gilets jaunes» axent évidemment tout leur discours sur les lacunes des médias dominants.

Des plateformes créées par les «gilets jaunes» ont vu le jour récemment – on pense notamment à Vécu, un média d’information lancé le mois dernier. Qu’en pensez-vous?

On constate que de fausses informations, véhiculées par certains «gilets jaunes», commencent à être démontées par des médias lancés par des «gilets jaunes» eux-mêmes. C’est très important, car on en revient aux faits. Vécu a par exemple démenti une rumeur selon laquelle «une gilet jaune» belge aurait été tuée par un tir de flash-ball, alors que les comptes Facebook de militants commençaient à s’emballer. Cette plateforme a par ailleurs, elle, mis très tôt en avant les violences policières.

Il faut cependant être extrêmement vigilant, car on observe une grande méconnaissance du travail journalistique de la part des «gilets jaunes». Ces derniers reprochent aux journalistes d’être des marionnettes du pouvoir, mais ils souhaiteraient pouvoir faire des journalistes leurs propres marionnettes. On leur nie le droit à un discours critique.

En quoi est-ce que cette «crise de l’information», pour reprendre les termes de nombreux titres de presse, est une opportunité pour les médias?

D’une part, le manque de diversité sociale, géographique, ethnique des éditorialistes et des journalistes les déconnecte en partie de leur rôle de représentation de la population, c’est flagrant. C’est en train de changer, mais lentement. D’autre part, face à cette crise de légitimité, ils ont l’obligation de se montrer irréprochables en termes de qualité, de recherche de vérité. C’est une énorme responsabilité, car on le sait, les théories du complot s’auto-alimentent et se diffusent toujours plus vite que la vérité.

 

La version originale de cet article a été publiée dans Le Temps le 16 janvier 2019.

Print Friendly, PDF & Email

Tags: , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend